«Nous avons pu rencontrer toutes sortes de gens, ce qui était très excitant. Nous tenons à vous remercier du fond du cœur pour votre travail et votre aide très précieuse.» Peter M., Oberland bernois

Vous êtes simple et vous cherchez une expérience très spéciale ? Vous appréciez la tranquillité et souhaitez faire de l’activité physique en même temps ? Alors, l’engagement montagnard est fait pour vous ! Mucca.ch s’est entretenu avec Bernhard Ackermann, directeur marketing de l’organisation d’aide, au sujet du travail bénévole dans les fermes de montagne.

Depuis 40 ans, Caritas organise des opérations de secours rapidement et facilement pour placer des bénévoles auprès des entreprises en situation d’urgence. Rien qu’en 2019, les aides ont passé plus de 1 100 semaines dans 120 fermes de montagne. Les raisons de se porter volontaire sont multiples : accident ou maladie du chef d’exploitation, grossesse, double charge des exploitations de montagne et de vallée, diminution de la force parentale, contribution personnelle à des projets de construction ou dégâts causés par les tempêtes. Seules les exploitations agricoles des zones de montagne I à IV sont prises en compte, qui ont leur activité principale dans l’agriculture et ne dépassent pas une certaine limite de revenu. Les volontaires choisissent l’exploitation agricole de leur choix et s’inscrivent chaque semaine.

Qui sont les volontaires? Et pourquoi veulent-ils faire du bénévolat?

Qu’ils soient banquiers, artisans ou étudiants, la plupart d’entre eux ne sont pas des professionnels de l’agriculture, mais plutôt des personnes très motivées, âgées de 18 à 70 ans et ayant des parcours professionnels différents. La plupart d’entre eux viennent de Suisse, un tiers environ sont des citoyens de l’UE. Les femmes représentent environ la moitié des effectifs. Ils veulent tous avoir un aperçu de l’agriculture de montagne suisse et vraiment “se mettre au travail”. Beaucoup d’entre eux veulent s’échapper de leur quotidien souvent urbain, s’éloigner de l’ordinateur et travailler avec leurs mains. Ils veulent vivre une expérience nouvelle et faire quelque chose de bien. Les volontaires s’intéressent à l’agriculture de montagne et à la vie dans la nature. Ils donnent aux paysans de montagne leur main-d’œuvre et leur temps. En retour, ils reçoivent de la nourriture et un logement, une grande appréciation de la famille de l’agriculteur et une nouvelle expérience de vie.

Au cours de leurs interventions, les aides ressentent une grande satisfaction lorsqu’elles sentent la confiance et la gratitude de la famille lorsqu’elles travaillent dans le pâturage, dans l’étable ou dans le ménage, et lorsqu’elles sont en mesure de faire des expériences totalement nouvelles. Beaucoup rapportent qu’en plus du soulagement du travail, il est également intéressant et revigorant d’avoir un aperçu de la vie souvent complètement différente des volontaires grâce aux conversations. C’est important dans la mesure où cela peut donner de nouvelles perspectives sur ses propres inquiétudes, peurs et joies et mettre en perspective son propre microcosme. La vie en commun étroite et intensive a déjà donné naissance à de nombreuses amitiés, qui ont conduit à des affectations répétées au même endroit.

L’expérience d’Anita Schmid

En tant qu’agricultrice de montagne sur l’Elsigenalp dans le canton de Berne, Anita Schmid dépendait l’année dernière de l’aide de Caritas. En raison d’un projet de construction dans la vallée, elle a dû gérer l’été dans les alpages en grande partie seule – et elle l’a fait en dépit de douleurs dorsales massives : six vis raidissent ses vertèbres lombaires inférieures depuis un an et demi. Elle est autorisée à soulever un maximum de 15 kilogrammes lors de la fabrication du fromage. Mais une étamine pleine est deux fois plus lourde. C’est pourquoi elle avait engagé un assistant pour les mois d’été. Lorsqu’il s’est cassé la cheville, Anita Schmid a cherché de l’aide et l’a trouvée à Caritas. L’organisation d’aide a rapidement et sans bureaucratie fait appel à des bénévoles pour l’aider et a ainsi permis à la Bernoise de maintenir l’alpage en activité malgré l’absence de son aide et de continuer à produire le populaire fromage de montagne.

Comment vous participez

Si vous avez plus de 18 ans, êtes motivé et en bonne santé et souhaitez passer une ou plusieurs semaines à la montagne, Caritas Suisse sera ravie de vous accueillir ! Aucune connaissance préalable n’est requise pour une mission. Les activités variées vont du baby-sitting, du travail dans les écuries et les jardins à la fenaison sur les pentes raides. La façon la plus simple de sélectionner une exploitation et de s’inscrire est de consulter le site www.montagnards.ch

Ecrire un commentaire