Suivez-nous

Home  /  2019  /  février

Début février, plus de 20’000 personnes ont manifesté pour le climat dans les villes suisses. Le mouvement s’est répandu dans tout le pays : A Zurich et à Berne, mais aussi en Suisse romande et au Tessin, des écoliers et des adultes sont descendus dans la rue avec des affiches conçues par eux-mêmes. Ils exigent que les politiciens « déclarent une urgence climatique » et des émissions nettes nulles de gaz à effet de serre d’ici 2030.

De la Suède au WEF

Tout a commencé pendant la canicule de 2018, lorsque la Suédoise Greta Thunberg, 16 ans, est restée loin de l’école pour protester. Avec son panneau « Skolstrejk för klimatet » (grève scolaire pour le climat), elle a attiré l’attention sur elle devant le Reichstag à Stockholm. Depuis lors, le mouvement pour la protection du climat a pris pied non seulement en Suède, en Belgique et en France, mais aussi en Suisse. « Tu voles notre avenir » ou « les vols bon marché sont trop tentants » est écrit sur les bannières. Greta Thunberg était même présente au WEF à Davos et a participé à un forum de discussion sur la politique climatique. Pendant que les hélicoptères-taxis survolaient la ville enneigée, elle a assuré le trajet de la Suède à la Suisse en train – plus de 30 heures par trajet.

Greta Thunberg (TEDxStockholm, Youtube)
Avec sa « grève scolaire pour le climat », Greta Thunberg appelle les politiciens à agir rapidement dans la lutte contre le réchauffement climatique. Source : TEDx Stockholm (Youtube).

Train au lieu d’avion

En parlant de trafic aérien, saviez-vous que le vol aller de Zurich à New York génère plus d’une tonne de CO2 par personne ? Pour compenser cet impact sur l’environnement, il faudrait se passer de bœuf (environ 50 kg) pendant 1 an ou de volaille (environ 150 kg) pendant 2,5 ans. Et seulement si vous restez à New York et ne revenez pas, sinon c’est deux fois plus. Et si vous voulez également un nouveau smartphone chaque année, vous accélérez la dégradation des métaux précieux et des terres dites rares, que l’on encourage avec des produits chimiques dangereux. Selon Greenpeace, la production de smartphones à elle seule a consommé 968 térawattheures d’électricité dans le monde au cours des dix dernières années, ce qui correspond à l’approvisionnement énergétique annuel de l’Inde.

Pommes néo-zélandaises et concombres de serre

On trouve souvent des fruits néo-zélandais sur les tablettes de nos épiciers, alors de l’autre bout du monde. Les raisons sont nombreuses et variées, allant de la saison aux ravageurs importés en passant par les conditions climatiques extrêmes qui ont largement détruit la récolte suisse. Il est évident que le transport aérien de l’autre bout du monde n’est pas vraiment respectueux de l’environnement. Mais à ce stade, il faut aussi dire que les aliments suisses peuvent aussi être très nocifs, notamment s’ils proviennent de serres chauffées avec des combustibles fossiles. Il est donc important non seulement de prêter attention au pays d’origine de l’aliment, mais aussi de toujours garder à l’esprit le tableau saisonnier. Et quoi de plus agréable que d’acheter de la nourriture pour notre corps directement du producteur? Ainsi, vous voyez le commerce avec les gens et les animaux, vous faites quelque chose de bon pour votre santé avec des bombes vitaminiques saisonnières et vous encouragez l’indépendance de l’agriculteur, qui peut enfin obtenir des prix équitables sans les marges excessives des détaillants.

Les aliments non saisonniers ont un impact considérable sur l’environnement : les tomates de serre suisses peuvent être aussi nocives que les légumes importés d’Espagne.

Les consommateurs décident

Le réchauffement climatique est là. Nous ne pouvons pas l’empêcher complètement, mais nous pouvons la ralentir, car avec chaque degré d’augmentation des extrêmes météorologiques, les glaciers deviennent des ruisseaux de glace et les plantes indigènes disparaissent. On peut supposer qu’à l’avenir, la qualité des aliments diminuera, mais que les prix augmenteront en même temps. Ceci n’est pas seulement dû à l’augmentation des mauvaises récoltes dues à des conditions climatiques extrêmes ou à de nouveaux ravageurs, mais aussi au fait que les sols fertiles deviennent de plus en plus rares (voir aussi l’article du blog « Un sols sain pour une alimentation saine »). Et parce que les politiciens puissants dans le monde préfèrent souvent parler plutôt qu’agir, il n’est peut-être pas si mal si des écolières comme Greta Thunberg deviennent actives et créent un mouvement dont les conséquences pour le monde et le climat sont encore dans les étoiles. En fin de compte, cependant, il est important que nous, en tant que consommateurs, ne nous contentions pas de descendre dans la rue, mais que nous vivions également une vie respectueuse du climat dans notre vie quotidienne. Cela comprend également le fait de ne pas manger d’aliments non saisonniers ou de ne pas accepter d’augmentations de prix. Espérons que d’autres feront de même pour nous et n’attendront pas trop longtemps qu’il soit trop tard.

Aimeriez-vous passer l’été dans les montagnes suisses plutôt que sur des plages bondées ? Contactez Christian Brasser de Lenzerheide pour l’adier à faire le foin.

Et si vous n’avez pas encore prévu de vacances : Qu’y a-t-il de mal à aider un agriculteur à produire du foin pendant une à deux semaines dans la région de Lenzerheide GR en été ? Pour cette expérience unique, vous n’avez pas besoin d’un billet d’avion, l’hébergement sera fourni et le voyage au gymnase sera annulé. La seule exigence est un permis de conduire agricole (G40).

Contactez directement Christian Brasser (cliquez ici pour le profil). Il est impatient de vous voir !